• prepaectlamartiniere


Notre créativité n’est pas confinée. « Il était une fois » … Non. Cette tournure est trop maladroite, voire malhonnête. En vérité je ne sais pas comment commencer cette histoire. Peut-être tout simplement car personne ne sait comment tout cela a commencé. C’est arrivé c’est tout, sans prévenir, sans accroche, sans nous laisser le temps de comprendre. Exactement comme si nous nous apprêtions à lire un livre mais que nous ne commencions à lire qu’à partir de la deuxième page. C’est donc comme cela que mon histoire commencera, imaginez que vous ne commencez à lire qu’à partir de la deuxième page. Mais n’ayez crainte, il n’y aurait rien eu d’intéressant dans la première page. Lyon semblait désert, William n’entendait aucun bruit dehors. Pourtant de sa chambre avec vue sur le Rhône, il aurait dû entendre le bruit des voitures, des tramways mais surtout les voix des ados de son âge se dirigeant vers le centre-ville pour passer une soirée entre amis. D’ailleurs c’est ce qu’il aurait aimé faire en ce moment, une simple soirée avec ses amis qu’il n’avait pas vus depuis longtemps et qui lui manquaient terriblement. Mais il ne pouvait pas les voir, il les aurait mis en danger. Il savait que rester loin d’eux était le seul moyen de les protéger. Soudain, son téléphone sonna et l’arracha à ses pensées. C’était sa mère. - Allô, mon chéri comment tu vas ce soir ? Je n’ai pas pu t’appeler avant, nous avons eu des problèmes au travail et… - Ils t’ont mis au chômage technique c’est ça ? coupa William. - Mon patron a seulement dû fermer jusqu’à ce que cette crise soit passée mais ne t’inquiète pas je chercherai un autre travail en attendant. J’ai entendu dire qu’ils avaient besoin de livreurs dans les centres commerciaux pour apporter les courses. On s’en sortira et je continuerai de mettre de l’argent de côté pour tes études. - Laisse tomber, utilise tes économies pour vivre en attendant que ça passe. Surtout ne sors pas de l’appartement. - Ne t’inquiète pas tu sais… - On s’en fiche de mes études Maman. Tu sais, il y a de grandes chances que je ne sorte jamais d’ici...


Téléchargez l'intégralité de la nouvelle

Angéline_Menault_-_Reflexion_Corona_ver

  • prepaectlamartiniere

"Labore et constantia"


Maladie d’un homme, Maladie d’une femme, Maladie tous ceux qui ont une mort infâme ! Maladie du peuple, Enfants & maladie, « Un jour ça ira mieux », c’est c’que maman m’a dit ! L’corona est partout, Il veut rentrer chez nous, avec les gestes barrières, on le mettra à genoux ! On s’bat comme des guerriers, Bienvenue sur Vegeta, Akiramenai no ga oretachi no mahou da!! C’est pas toi, c’est pas moi, C’est pas l’voisin d’à côté, L’porteur du corona, Mais pour tous ceux qui l’ont, On doit garder la foi, Et pour le coup c’est réel, on doit dire In cha’ Allah !! Les pompiers, le samu, Les médecins qu’on salue, Et qui se disent chaque jour, que rien n’est perdu ! D’la quiétude à l’inquiétude, On bouscule nos habitudes, Faut avoir l’attitude, qui fait prendre de l’altitude ! Le désir de sortir, Le désir d’ailleurs, Le monde s’ennuie, mais le monde n’a pas peur. Ton problème c’est le mien, Le mien c’est le tien, Se laver les mains est la seule arme, citoyens ! Aujourd’hui les républiques n’ont pas besoin d’savant, Elles ont besoin d’savon pour en finir pour de bon !! Infirmières fatiguées, Nous ont demandé « Ora ni genki o waketekure !!». Maréchal Pétain, Disait « on les aura ! » Aujourd’hui il est seul, Et on est all for one!! Mes amis, on vaincra ! Uni comme une équipe, Notre devise à tous : « Labore et Constantia !! » J’en appelle au confinement, J’invoque le confinement, Restés confinés chez vous suffisamment. Aimez, jouez, lisez, créez ! Et vous sortirez d’la bataille améliorés ! L’ennemi est redoutable, Et difficile à voir, Mais le plus important est de n’pas perdre espoir ! Alors battons-nous ! À bas le corona !! La victoire reviendra au Genkidama.

  • prepaectlamartiniere

« Il était une fois,

l’histoire d’une multitude d’humains prétentieux et grouillants de vie. Profitant pleinement de leur temps libre, ils en étaient venus à oublier la valeur d'une vie, allant même jusqu’à se battre pour des futilités dans un monde unique et irremplaçable, et ce sans se préoccuper des conséquences de leurs actes sur cette pauvre planète, qui n'avait d'autre choix que de subir cette méchanceté gratuite.

Suite aux récents événements, ce sont donc des milliards d’humains qui ont dû rester chez eux afin de contenir au maximum cette pandémie, sans forcément comprendre qu’ils auraient pu agir bien avant… Nous nous sommes endormis inconscients et aveugles dans un monde, et nous nous sommes réveillés dans un autre, totalement différent. Beaucoup disent que la nuit porte conseil, mais quel intérêt si toutes ces nuit de confinement ne nous ont pas permis d’ouvrir les yeux ?

Soudainement, la magie a disparu, Paris a cessé d'être la ville de l'amour, et certains ont enfin compris ce que signifiait le mot liberté. Les hommes ont enfin perçu le sens de ces milliers de peuples qui se battaient parfois jusqu’à leur mort pour espérer n’obtenir qu’une once de cette liberté. Cette indépendance, la plupart sont nés avec, ils n’ont pas eu à se battre pour l’obtenir, alors au fond, la méritent-ils vraiment ?

Paradoxalement, étreindre une personne, la cajoler ou juste l'embrasser est devenu un acte dangereux, irréfléchi. Nos gestes les plus tendres sont maintenant des armes réelles, pour ne pas dire fatales. Cesser de se rendre chez ses grands-parents, voir ses amies, instaurer un mur et dresser une distance est dorénavant un signe de respect, une déclaration d'amour. Et les plus éveillés saisissent que la quête de pouvoir et d'argent est inutile, que ce n'est pas elle qui leur procurera suffisamment d'oxygène pour respirer ni assez de nourriture pour survivre.

A vrai dire, le monde continue de vivre sans nous, il va mieux sans notre présence et il est remarquable. La nature reprend ses droits, elle trouve enfin une pause dans cette guerre à sens unique que nous lui imposons, nous, humains. Mais que se passera-t-il lorsque nous sortirons de cette cage ? A la sortie de notre petit nid douillet, et en tant qu’enfants crédules, allons-nous comprendre la morale qui se dresse devant nous ? Nous sommes inquiets face au virus, mais pourquoi ne prenons nous pas peur face aux hommes ? Sommes-nous assez futés pour apprendre de nos erreurs ? Nous sommes certes des créatures incroyables, qui peuvent changer de grandes choses avec labore et constantia mais allons-nous le faire ? Nous avons besoin de cette terre pour vivre, mais elle, elle n’a nullement besoin de notre présence. Nous ne lui sommes pas indispensables, nous sommes le maître de notre destin, mais nous ne sommes pas les maîtres de la terre, nous en sommes ses invités.

Des humains plein de tendresse iraient même jusqu’à affirmer que nous en sommes ses gardiens. Peut-être que nous devrions ouvrir les yeux sur nos actes et accepter nos responsabilités au lieu de vouloir à tout prix trouver et blâmer un coupable. Peut-être que ce drame que nous sommes en train de vivre n’est qu’une énième tentative destinée à nous instruire. Protéger la nature, c’est préserver l’homme ».

BONTEMPS corona defpdf

  • Facebook Classic

Site internet du lycée :

http://www.martiniere-duchere.fr/
 

 

Adresse :
300 avenue Andreï. Sakharov

CP 417

69 338 LYON Cedex 09

Tel :  04.72.17.29.50

Fax : 04.78.35.42.00